Ma dosse journalière…

Lectoolique

Jouin, Céline. « Carl Schmitt à Nuremberg. Une théorie en accusation ». Genèses no 74 (2009): 46‑73. doi:10.3917/gen.074.0046.

L’article parle du procès contre Carl Schmitt à Nuremberg, instruit par le juriste Robert Kempner, cherche à discuter sur les raisons du procès contre Schmitt, sur la stratégie des deux juristes au long des interrogatoires et surtout, sur les raisons de Kempner pour avoir caché le procès-verbal d’un des interrogatoires.

L’auteur signale une coïncidence : en 1933, Schmitt et Kempner avaient essayé d’endiguer la montée du parti de Hitler, le NSDAP, chacun à leur manière. Schmitt s’appuyait sur l’article 48 de la Constitution de Weimar, qui octroyait des pouvoirs extraordinaires au président, afin de lui permettre faire face aux communistes et aux nazis. Cependant, après l’édiction de la loi sur les pleins pouvoirs du 24 mars 1933, Schmitt s’est passé du côté nazi. Il a été arrêté en 1945 et libéré l’anée suivante…

Ver la entrada original 1.287 palabras más

Responder

Por favor, inicia sesión con uno de estos métodos para publicar tu comentario:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s